immobilier

Astuces pour financer son investissement immobilier

Si vous avez un projet d’investissement immobilier en tête, mais que vous n’avez pas un apport conséquent pour le réaliser, sachez que l’emprunt reste toujours une bonne alternative surtout s’il s’agit d’un placement en immobilier locatif. Afin d’aboutir à votre projet, l’optimisation de votre financement doit être primordiale tout comme la réduction des impôts. Voici quelques astuces pour vous aider à trouver les crédits immobiliers les moins chers dans le secteur que ce soit pour un achat dans l’ancien ou dans le neuf.

Le prêt amortissable suivant son patrimoine et ses revenus

S’il s’agit de votre premier placement, l’organisme ou la banque que vous aurez choisie va certainement vous proposer un prêt amortissable classique. Le principe est simple. Il suffit de miser sur son loyer pour effectuer le remboursement du capital et des intérêts par mois. Il est tout à fait facile de justifier ce type de crédit surtout si vous avez d’autres revenus fonciers et pouvez donc réduire au maximum vos impôts tout en augmentant davantage votre rentabilité au niveau de la location. Il est quand même à savoir que pour l’IFI, aucune déduction ne peut se faire chaque année sur la totalité du capital. Il faudra alors avoir recours à la pratique de l’amortissement linéaire théorique vis-à-vis de la durée d’emprunt pour le calcul de la part déductible. Quoiqu’il en soit que vous ayez choisi, vous pouvez déduire les frais d’emprunt sur vos revenus fonciers. C’est évident si vous souhaitez combiner l’immobilier et finance.

Le taux d’intérêt

Pour un investissement immobilier locatif amortissable, le taux reste bas. Certaines banques proposent même un écart pouvant aller de 0,10 point. C’est beaucoup moins que celui consistant à acquérir une résidence d’usage. Pour un ménage, le taux peut aller jusqu’à 0,60% pour 7 ans. À condition qu’il puisse donner des justificatifs de revenus allant de 70000 euros. Il est à savoir que les frais de notaire et la garantie sont compris sans oublier les 10% du montant de transaction en guise d’apport classique. Si le prêt est rallongé jusqu’à 15 ans, le taux peut aller jusqu’à 1,10%. Aucune différence de taux, mais plutôt de montage au niveau d’un placement dans le neuf et un autre dans l’ancien. Dans le cas d’une demande d’un différé, la facture que vous aurez à payer aux promoteurs pourrait facilement augmenter. Il serait plus bénéfique d’acquitter dès le début, tous les intérêts dans le cas où vous avez des revenus fonciers.

L’assurance crédit et le taux d’endettement

Si vous optez pour un prêt locatif, vous devez savoir que votre assurance sera uniquement réduite sur le DC-PTIA vu que les organismes notamment les banques n’exigent plus désormais l’IPT ou l’IPP. Quand vous souscrivez une assurance crédit, l’idéal serait alors de faire une comparaison et de prendre en considération tous types de contrats en tenant surtout compte des exigences de garanties.

Quant aux taux d’endettement, vous devez savoir que seuls 70% des loyers vont être pris en compte sauf pour les clients aisés. Cependant, ils peuvent aller jusqu’à 85% pour le Crédit Foncier.