Avez-vous la manie d’accumuler ?

Certaines personnes sont incapables de se séparer de leurs vieilles affaires : bibelots, journaux ou même vêtements abimés. Elles entassent une quantité très importante d’objets insignifiants chez eux. Cette manie d’accumuler les choses de manière excessive est également appelée accumulation compulsive. Si vous arrivez au stade où le fait de vous séparer d’un objet qui a de la valeur pour vous vous fait mal et que vous ressentez le besoin de toujours les conserver, vous pourriez être atteint de syllogomanie.

Les premiers signes de la syllogomanie

La syllogomanie est une maladie psychologique qui n’apparaît pas du jour au lendemain, mais qui s’installe progressivement chez la victime.

Quand elle est primaire, il est encore difficile de la détecter, mais quand elle est secondaire, les symptômes sont davantage visibles. Au début, ce trouble entraine un profond repli sur soi. La victime évite autant que possible le contact avec l’extérieur et n’invite presque personne chez elle. En effet, le syllogomane  est différent du collectionneur qui exhibe fièrement ses affaires. Puis, d’autres troubles comme la dépression ou encore un déficit d’attention se manifestent.

La personne atteinte accumule volontairement ou involontairement un grand nombre de choses qui, aux yeux d’une autre personne, semblent inutiles. Elle a tendance à négliger la propreté et surtout à ressentir un véritable mal-être. Par conséquent, le lieu de vie devient encombré au point de limiter les mouvements et d’engendrer des effets néfastes sur la victime et son entourage.

Il est donc nécessaire de consulter immédiatement un spécialiste et surtout que la victime prenne conscience par elle-même de sa maladie.

Les conséquences de la syllogomanie

Ce trouble affecte en premier lieu les déplacements et l’accomplissement des actes quotidiens du patient. Il met aussi sa santé en danger, car il se prive des gestes essentiels de sa vie au quotidien tels que la toilette et le nettoyage de la maison.

Sur le plan social, il s’isole de plus en plus et refuse tout contact et toute rencontre avec sa famille et ses amis. Cela entraine une dépression générale et la honte empêche de dialoguer avec qui que ce soit.

Les risques liés à l’insalubrité sont importants. Le logement peut se dégrader progressivement, les poussières et autres moisissures peuvent apparaitre sous les objets accumulés. Ce manque d’hygiène et d’ordre attire les nuisibles et les microbes.

La syllogomanie : quels en sont les traitements ?

Avant toute chose, le traitement doit être envisagé par des psychiatres ou des psychologues. Selon le cas de la victime et la gravité de son trouble, différentes démarches et interventions sont possibles.

Le dialogue avec un psychothérapeute est indispensable, mais dans le cas où la victime se trouve dans un état d’angoisse et de dépression, les traitements médicamenteux comme les antidépresseurs ou les anxiolytiques peuvent être prescrits pour l’aider.

La syllogomanie peut aussi être traitée avec la thérapie cognitivo comportementale. Il est indispensable que l’entourage participe et assiste au traitement de la victime, l’aider à se reconnecter à la vie sociale en passant du temps avec lui ou en l’incitant à rejoindre un club de partage.

Manie d’accumuler : quelles sont les solutions

Il est parfois difficile de se séparer des anciens objets qui rappellent de vieux souvenirs. Des cahiers d’écoliers qui rappellent la tendre enfance, des cadeaux offerts par les parents, mais qui sont malheureusement déjà usés, d’anciens mobiliers qui ont marqué les différentes générations…

Sachez que vous pouvez recycler certains mobiliers ou objets comme les vases et les remettre à neuf pour une décoration vintage. Dans certains cas comme les vieux journaux, les vêtements usés, etc. le mieux est de s’en séparer.

Quel que soit le cas, pour vous aider, Debarras Puces intervient dans le tri et le débarras des objets encombrants. Notre équipe travaille dans le respect de tout un chacun.