Comment choisir la taille et la forme de ses prothèses mammaires ?

Vous avez décidé d’avoir recours à une augmentation mammaire. Il vous reste néanmoins une question sur laquelle statuer : la taille des implants.
L’objectif est d’obtenir le résultat le plus naturel possible.

 

Les formes d’implants mammaires disponibles

 

Selon le docteur Alliez, chirurgien esthétique exerçant dans le sud de la France et spécialiste de l’augmentation mammaire en Corse, il existe principalement deux formes d’implants : ronde ou anatomique (donc en forme de goutte d’eau).

 

Les prothèses rondes sont les plus utilisées. Elles sont remplies de gel de silicone ou de sérum physiologique. Les implants ronds prennent une forme plus naturelle et leur membrane est plus souple. Ils donnent un effet pigeonnant à la poitrine en apportant du volume sur la partie supérieure du sein.

 

Les prothèses anatomiques sont adaptées aux patientes chez lesquelles la partie inférieure des seins n’est pas assez développée. Leur forme en goutte d’eau augmente le galbe du sein dans la partie inférieure. Elles sont utilisées lors d’une reconstruction mammaire (après un cancer). Leur forme rend le résultat plus naturel. Le décolleté semble moins rempli qu’avec une prothèse ronde. Les implants anatomiques sont remplis de gel de silicone cohésif (en cas de rupture, le gel ne coule pas).

 

La projection des prothèses

 

Une fois la forme de l’implant choisie, il faut se pencher sur l’importance de la projection des prothèses. Plusieurs modèles sont disponibles :

 

  • modèles plats (profil « bas ») : c’est un modèle rarement utilisé sauf en cas de malformations du thorax
  • modèles à projection intermédiaire (profil « modéré ») : il s’agit du type de prothèses le plus utilisé pour les augmentations mammaires en raison de leur côté naturel
  • modèles à projection forte (profil « haut ») : plus utilisés dans certaines indications, comme pour corriger la ptôse mammaire modérée
  • modèles à projection maximum (profil « extra haut ») : donnent un aspect pigeonnant peu naturel à la poitrine.

 

Les critères qui définissent le choix de la projection de la prothèse sont la souplesse et l’épaisseur de la peau de la patiente. Si la peau est détendue, suite à une grossesse par exemple, une projection importante sera privilégiée afin que le sein soit bien rempli. Si la peau est plutôt ferme et tendue, il convient de choisir une projection faible à modérée afin de ne pas abîmer la peau du sein ou créer des vergetures.

 

Le volume

 

Le volume des implants mammaires oscille entre 125 et 575 centimètres cube. La patiente définit le volume idéal à l’aide du chirurgien en fonction de ses souhaits et de sa morphologie.

 

Pour un résultat naturel, le volume ne doit pas être trop important. Si vous souhaitez gagner une taille de bonnet, nous vous conseillons une prothèse de 200cc. Si vous voulez gagner une taille et demi, le volume idéal est de 300cc.

 

Le choix des implants mammaires

 

Lors d’une consultation, le chirurgien étudie la poitrine de la patiente afin de vérifier la qualité de la glande mammaire et de la peau du sein. Il vérifie aussi la forme et le volume de  départ du sein.

 

Après avoir choisi le modèle d’implants mammaires, la patiente peut faire une séance d’essayage avec le chirurgien. Il suffit de placer une prothèse d’essai derrière un soutien-gorge médical. Le rendu du volume et du galbe seront ainsi plus facilement appréciables. Il est conseillé de consulter le chirurgien plusieurs fois afin d’essayer plusieurs types et tailles de prothèses avec plusieurs vêtements différents pour se rendre compte du résultat.

 

Il est aussi possible d’effectuer une simulation du résultat sur un logiciel informatique ou de montrer des photographies d’autres patientes dont la poitrine a été augmentée dans des conditions similaires (poids, taille, volume de la poitrine…).