Comment réussir son élagage ?

Le développement non maitrisé des arbres dans les rues de la ville ou dans une propriété privée peut être dangereux, que cela soit pour les personnes ou les infrastructures aux alentours. Pour maitriser ce développement tout en garantissant la pérennité, la sécurité et l’esthétique de l’arbre, il est nécessaire de procéder périodiquement à son élagage. D’une manière générale, c’est une opération d’entretien qui consiste à couper toutes les branches endommagées ou qui nuisent à l’épanouissement harmonieux du végétal. Cependant, pour réussir son élagage, il est important de prendre en considération les indications suivantes.

Savoir choisir le bon moment pour l’élagage.

Comme pour tous les êtres vivants, les arbres ont besoin de traitements d’entretien adéquats pour pouvoir s’épanouir harmonieusement. Lors de l’opération d’entretien que l’on appelle élagage, l’élagueur établit un planning détaillé de son intervention. Pour cela, il fait un diagnostic pour déterminer le bon moment pour réaliser son intervention. En effet, cette opération n’est pas réalisable à tout moment, sauf s’il y a une situation d’urgence comme l’arbre qui se penche dangereusement ou les branches qui sont en contact avec les câbles électriques de la ville. En général, mis à part cette situation, le bon moment pour réaliser l’élagage doit prendre en compte certains paramètres.

Premièrement, il faut prendre en considération la nature de l’arbre. En effet, chaque type d’arbre dispose chacun d’une période idéale. D’abord, pour les arbres feuillus,  l’opération se fait durant leur période de dormance qui se situe avant l’hiver, d’octobre à décembre. Ensuite, pour les types résineux, il suffit  qu’il fasse chaud pour accélérer la cicatrisation. Enfin, pour les arbres fruitiers, ceux avec des fruits à pépins sont traités de novembre à avril, là où la montée de sève est minimale ; par contre, ceux  dont le produit est à noyau, l’opération doit être faite après la récolte.

Deuxièmement, l’âge de l’arbre est aussi un paramètre à ne pas négliger. En effet, c’est une opération qui doit être renouvelée périodiquement, cependant, l’intervalle à respecter est en fonction de l’âge du végétal. D’abord, pour ceux inférieurs à dix ans, c’est à refaire tous les deux ans. Ensuite, pour ceux compris entre dix et vingt ans, l’élagage se fait tous les quatre ou cinq ans. Enfin, pour ceux supérieurs à ces valeurs, l’opération est à refaire tous les dix ans.

Faire appel à un élagueur professionnel.

Un amateur ne peut pas répondre convenablement aux attentes que nécessite un bon élagage. À vrai dire, un professionnel tel que cet élagueur dans le 66 peut le faire dans les règles de l’art. En effet, il faut savoir que l’élagage est une activité à la fois technique et sportive. Pour cela, des connaissances, des équipements spécifiques et une bonne condition physique sont nécessaires. C’est seulement grâce à toutes ces dernières que l’on peut garantir un élagage à la fois efficace, rapide, sécurisé et maitriser le développement harmonieux du végétal.  De plus, grâce à ces connaissances en taille et coupe de l’arbre, un élaguer peut facilement marier l’art et la technique pour obtenir un arbre à la fois performant et esthétique. L’avantage avec cela est que le résultat va mettre en valeur le végétal et la propriété.

Utiliser des équipements adéquats.

Pour garantir la réussite de cette opération d’entretien, l’élagueur a recours à divers d’équipements spécialement dédiés à cet effet. En général, il dispose de divers outillages de coupe, d’un kit d’escalade et d’un équipement de protection individuelle. Cependant, vu que l’élagage est une opération à risque, à la fois pour l’élagueur, l’arbre et les infrastructures environnantes,  il est alors nécessaire de s’assurer du bon état de ces équipements. Une vérification périodique s’impose alors. Cela peut se finaliser par la suite par un nettoyage, un affûtage, une réparation, ou même un remplacement. Bref, il faut que tout soit conforme.