officines

Tout savoir sur la cession d’officine

Céder son officine de façon optimale est une décision qui ne se prend pas à la légère, vu les spécificités de la législation pharmaceutique. Contrairement au système législatif d’une cession de fonds de commerce classique, celui d’une cession d’officine implique un formalisme spécial. Voici le focus.

Contacter un notaire spécialisé dans la cession d’officine

Dans ce domaine, le recours à l’expertise d’un notaire spécialisé dans la cession d’officine est de mise. En effet, il va se charger de l’ensemble des formalités administratives. Soutenu par les compétences juridiques, techniques et financières de son siège, l’intervenant sera en mesure d’apporter des réponses claires et concises aux interrogations concernant la cession d’une pharmacie. Pour chaque type de demande, il prendra le temps de l’étudier afin de concrétiser au mieux le projet et mettre le client dans les meilleures conditions pour vendre son fonds de commerce. Concrètement, l’officine de pharmacie peut faire l’objet d’une cession à titre onéreux ou gratuit.

L’expert n’hésitera pas à proposer d’évaluer le prix du fonds de commerce de pharmacie ou des parts sociales de l’entreprise de pharmacie. Cependant, la cession s’exécutera sous condition suspensive de l’enregistrement de la déclaration préalable. Ainsi, afin d’obtenir l’enregistrement de sa déclaration préalable d’exploitation, le concerné doit prouver qu’il a acquis l’établissement concerné en mettant l’acte de cession en pièce jointe à son dossier. Le consultant s’occupe aussi de calculer le solde net après cession, et de rechercher un ou plusieurs acquéreurs intéressés. Il va ensuite, vérifier l’apport personnel de ses clients et contrôler la solidité financière de leur projet, puis réaliser des études prévisionnelles. Il en est de même pour l’acquisition d’une pharmacie. Il se charge de négocier avec le vendeur tous les éléments constitutifs de la transaction.

Combien coûte l’intervention de ce professionnel ?

Le recours aux compétences de ce spécialiste permet également de bénéficier de conseil pharmacien pour être constamment informé. Et comme tout autre professionnel, les prestations d’un notaire ont éventuellement un coût. Mais plutôt que de risquer de perdre des millions et se lancer soi-même, il est plus judicieux de faire appel à ce prestataire. Dans le cadre d’une cession, ce dernier peut appliquer un pourcentage sur le prix de vente. Il prend une commission sur la somme de la transaction. À titre de rappel, plus le montant de l’opération est élevé, plus les pourcentages sont faibles.

En général, le taux de commission se situe entre 0,5 et 3%. Pour des cessions classiques inférieures à 500000 euros, certains d’entre eux appliquent le forfait. Ils le calculent en fonction de la valeur de l’entreprise et de la durée du traitement de l’affaire. Pour les transactions qui sont plus compliquées, ils préfèrent facturer selon le temps passé. De cette manière, ils auront moins de surprises. D’autres optent pour la rémunération au résultat surtout dans le cadre d’une vente afin d’en tirer le meilleur prix.