Le cacao du Brésil

Le Brésil n’est pas seulement connu pour sa passion pour le foot, c’est également le pays où l’on trouve l’un des meilleurs cacaos du monde. Ce plus vieux producteur de cacao se situe actuellement à la cinquième place sur le plan mondial. Un champignon dévastateur lui a en effet fait déchoir de sa première place dans les années 90, mais son cacao n’a pas perdu pour autant de sa qualité motivant ainsi le Brésil à retrouver sa première place de producteur dans les années à venir. 90% de sa production est exportée dans le monde entier.

Les cacaoyers du brésil

Le cacaoyer ou cacaotier était à l’origine un arbre sauvage de l’Amazonie. C’est une espèce tropicale de plus de 10 mètres de haut qui peut vivre jusqu’à 40ans.
Un cacaoyer donne environ 150 cabosses par an et chaque cabosse contient une trentaine de fèves. Le cacao quant à lui est obtenu après la torréfaction et le broyage des fèves fermentées.
Les trois régions qui produisent la majorité du cacao du Brésil sont l’Amazonie qui est une vraie mine de richesse, Bahia et Espiritu Santu.

Le Brésil produit principalement la variété du type Forastero. Ce cacaoyer produit des fèves de couleur pourpre qui donnent au cacao une note acide et en même temps un goût amer. C’est le forastello qui constitue près de 90% de la production mondiale.
L’autre variété de cacaoyer de l’Amazonie est le Criollo. Ses fèves contrairement à celles du Forastero sont blanches. Le Criollo bien que natif de l’Amazonie pousse principalement de nos jours au Mexique et au Venezuela.

Afin de se trouver au plus près de cette précieuse matière première qu’est le cacao brésilien, plusieurs maîtres chocolatiers français et suisses spécialistes en chocolats fins se sont installés au Brésil. Il y a également les chocolatiers locaux dont le plus connu est Akim gastronomie.
En 2017 s’est tenu le premier salon du chocolat au Brésil. Les passionnés du chocolat pourront prendre des cours de brésilien à Paris en attendant la prochaine édition de ce salon qui réunit les producteurs, les chocolatiers et les consommateurs.

Les utilisations et les vertus des fèves et du chocolat

Les fèves du cacaoyer étaient déjà utilisées par les indiens d’Amazonie bien avant “l’invention” du chocolat tel que nous le consommons actuellement. Le mot cacao vient d’ailleurs de l’amérindien “cacahuatl”. Pour les Mayas, les fèves servaient de monnaies d’échange. Ils utilisaient le beurre de cacao à des fins thérapeutiques et concoctaient un breuvage à base de cacao pour les rituels religieux. Les Aztèques utilisaient également les fèves lors des échanges et consommaient une boisson faite avec le cacao appelée xocoatl. Le cacao n’arrive en Europe qu’au XVIème siècle avec le retour des missionnaires et des conquistadores. De nos jours les études ont montré que le chocolat a une vertu anti-stress. En effet, 100 g de chocolat noir contient 112 mg de magnésium qui est très efficace pour lutter contre l’anxiété. La forte teneur du chocolat en flavonoïdes et en vitamine B3 lui donne le pouvoir de lutter contre le mauvais cholestérol. Le chocolat est également un puissant antioxydant. Il neutralise les radicaux libres plus efficacement que le thé vert et le vin qui sont pourtant réputés contenir beaucoup de substances anti-oxydantes.