Le fonctionnement de cigarettes électroniques expliqué

La cigarette électronique est un dispositif en forme de tube (ressemblant à un stylo) alimenté par une batterie qui vaporise un e-liquide. Ce dernier contient habituellement de la nicotine et un arôme (le tabac, le menthol, la cerise, la vanille). Cette nouvelle technologie vise à fournir une sensation similaire à l’inhalation des cigarettes combustibles en produisant une vapeur qui se dissipe très rapidement. Seulement, lorsque vous l’inhalez, vous obtenez une bonne dose de nicotine aromatisée. La plupart de ces e-cig sont réutilisables, remplaçables et rechargeables, mais certaines peuvent être également jetables. Avec la connaissance des éléments de base de cette nouvelle forme de cigare, son utilisation devient plus pratique et sûre. Chaque appareil a  obligatoirement trois composants principaux, mais à tailles et modèles variés. Explication dans cet article.

Une batterie au lithium rechargeable

Presque toutes les cigarettes électroniques utilisent des batteries au lithium-ion ou au lithium-polymère, car elles contiennent souvent beaucoup d’énergies même dans une petite espace. Sans batterie et source d’électricité, un e-cigare est inutile. C’est son moteur. Elle fournit la puissance nécessaire pour allumer et éteindre l’appareil ainsi que pour activer l’atomiseur lorsqu’un vapoteur est prêt à fumer. Beaucoup sont intégrées dans le boîtier de l’e-cig. Le contrôle de la tension permet à l’atomiseur de brûler à une vitesse plus élevée ou plus faible, ce qui affecte la quantité de la vapeur délivrée lorsque vous l’inspirez.

Une batterie e-cigarette standard durera en moyenne deux heures ou plus sous l’utilisation typique.

Le clearomizers

Le clearomizers comprend le réservoir et la résistance chauffant qui est enroulé autour d’une mèche et qui devient chaud lorsqu’il est alimenté par la batterie.  La mèche est suffisamment longue pour aspirer l’e-liquide de la réserve. La résistance a un prix abordable tout en étant facile et prêt à être utiliser. Le réservoir en plastique jetable ou rechargeable stocke la solution aromatique. Plus il est grand, plus il est susceptible de contenir de grandes quantités d’arôme e-liquide, ce qui réduit le nombre de recharges nécessaires. Les méthodes de remplissage des e-cigarettes varient en fonction de la conception du réservoir.

La résistance

Souvent en métal mince, mais résistant, le kanthal, est la partie qui chauffe l’e-liquide dans une cigarette électronique jusqu’à une température prédéfinie. Ce métal est enroulé autour d’une mèche douce, souvent en coton ou en rayonne qui absorbe et régule la quantité de liquide jusqu’à l’embouchure. Cela garantit qu’il n’y a pas trop de fumée produite et le liquide brûle à un rythme raisonnable lorsque vous vapoter. La mèche le transfère ensuite au fil qui chauffe et réchauffe la solution. Une fois assez chaud, entre 100 et 250 °C, il atteint le point de vaporisation et se transforme en vapeur. Elle peut être ensuite inspirée ou inhalée. La résistance continuera à créer de la vapeur jusqu’à ce que le flux d’air s’arrête ou qu’il dépasse la capacité de la mèche qui l’alimente en liquide.

Le fonctionnement de l’e-cig  se résume donc avec une batterie qui réchauffe un atomiseur, qui à son tour vaporise l’e-liquide. L’appareil s’allume lors de l’aspiration, lorsque vous prenez une bouffée de votre vape.

Et pour la santé, comment l’e-cigarette fonctionne-t-elle ?

À la différence des cigares traditionnels, les électroniques sont moins nocives pour la santé pour plusieurs raisons.

En effet, cette nouvelle forme de cigarette, grâce à sa solution aromatique, contient généralement plus de parfum que de la nicotine. Selon le choix, si d’autres contiennent une faible dose de cette substance de base dutabac, d’autres ne contiennent même pas. Par rapport aux cigares combustibles, l’utilisateur a l’alternative de changer de parfum selon son goût, mais également d’opter pour la bonne proportion de nicotine.

Cette technologie dispose d’une capacité de disperser très rapidement les vapeurs. Ainsi, elle est intéressante en deux points de vue. D’une part pour le fumeur, avec la bonne dose, l’exhalaison ne se centralise pas dans un seul endroit du corps. Avec sa vaporisation presque instantanée, elle limite la propagation interne de ces célèbres fumées combustibles provoquant la détérioration des organes tels que les poumons. D’autre part, elle passe inaperçue devant les personnes qui ne supportent pas l’odeur de tabac. Quoi de mieux qu’une douce senteur qui disparaisse en un coup de vent. Le vapoteur n’a donc pas à faire subir aux non-fumeurs les risques et les sensations qu’ils supportent lorsqu’ils sont aux côtés des fumeurs des cigarettes classiques.

Pour finir, avec le dosage réglable des liquides pour cigares électroniques et ses senteurs alléchantes, cette innovation aide les fumeurs souhaitant arrêter pour de bon de fumer. D’ailleurs, en plus de limiter la quantité de nicotine absorbée, la bouffée offre une réponse mentale aux accros des anciens combustibles. En vapotant même avec des solutions sans la moindre trace de nicotine, ils ont la sensation similaire à l’inhalation des cigarettes manuelles. Elle s’utilise dans ce cas pour tromper le cerveau et pour son bien-être.

 

 

.